<

Partagez | 
 

 Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
profil +

MessageSujet: Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)   Sam 26 Jan - 19:47


Nights
« Gilgamesh enfant, de Fate/hollow ataraxia »








CRÉDIT - FICHE


Y a des rangs chez les Kokiris ?

    CARTE D’IDENTITÉNom : Vous en connaissez beaucoup vous des kokiris avec un nom ?Prénom(s) : NightsÂge : Très bonne questionSexe : Attendez il vérifie… Euh mâle sans hésiter il me ditNationalité : Hylien (enfin ça c’est pas sur)Rang Social : de quoi ?Race : Kokiri ! (si si je vous jure)Arc du forum : Arc 1 - OOTCe que tu aimes : alors les sucreries, les gâteaux, le lait, les choux péteurs, les lances pierres, les farces, et tout ce qui peut mettre de l’ambiance.Ce que tu détestes : les rabats-joies ! (et les pestes mojos)

 Mes descriptions  
« Vous êtes grand et moche. (premiers mots de Nights à Ganondorf) »

Physique

Regardez là-bas ! Ce petit diable ! Je vais l’attraper ! Comment ça de qui je parle ?! Je parle de Nights bien sûr ! Mais si enfin voyons, ce gamin aux grands yeux rouges sang, aux cheveux blonds, vêtu de vert, haut comme trois pommes, accompagné d’une fée bleu, semant le chaos partout où il passe et n’arrêtant pas de me voler du lait. Vous ne voyez toujours pas ? Bon sang je sais pas d’où vous venez mais ça doit pas etre tout prêt, c’est une véritable légende dans la région. Surtout qu’on dirait pas comme ça, avec ses cinquante pouces de haut à peine et son visage d’ange, toujours à sourire et à rire innocemment, on le croquerait presque tellement il est mignon, je me demande quel gout ça aurait… Comment ça j’ai pensé à voix haute ?! Hurm hum, bref. Je ne saurai vous dire s’il cache bien son jeu sous ses faux airs d’angelot ou s’il est vraiment innocent dans le fond. Toujours est-il que tout le village lui court après mais il est bougrement rapide malgré ses petites jambes, il file comme le vent et bondit partout, le voir escalader une bâtisse ou un grillage est un spectacle qui restera à jamais marqué dans votre esprit croyez-moi. A croire qu’il faudrait une monture pour pouvoir rivaliser de vitesse avec lui. Ça où un de ces masques lapins dont j’ai entendu parler. Allez je dois vous laisser maintenant, il faut que je le retrouve avant qu’il ne fasse encore des siennes.

Ah le sale gosse ! Mes poules ! Mes pauvres poules ! Complètement grillées ! Et mes choux ! Mes beaux choux ! Comment ça quoi mes choux ?! Non mais regardez-les ! Ce sale gosse ! Il a dut mettre un choux péteur parmi eux, maintenant ils sont immangeable, même pour un hylien, comment ça les choux c’est immangeable de toute façon ? C’est très bon pour la santé cher monsieur, chose que vous et cette petite peste blonde ne devez pas savoir. Vous m’avez l’air nouveau vu votre air ahuri, vous ne savez donc surement pas de qui je parle n’est-ce pas ? Si ? Aaaaah Talon vous en a donc parlé avant. Oui Nights adore le lait, et faire des farces douteuses. Je vous épargnerez les détails résultant de ses expériences parfois trop audacieuses, comme celle du taureau et de l’âne. Vous voulez les détails ? Hurm hurm disons que ce n’est pas le genre de discussion à avoir ici sur la voie publique, venez ce soir à la taverne et vous y aurez les récits des dernières trouvailles de cette petite peste. Ah vous ne restez pas ? Eh bien alors pour votre propre sécurité il vous faut savoir deux trois petites choses sur lui, histoire de ne pas vous retrouver sans vos chaussettes des orties plein les bottes. Ne rigolez pas il l’a déjà fait, le malheureux  avait déjà fait cent pas avant de se rendre compte de la plaisanterie. Enfin bref. Sachez qu’il est gourmand, très gourmand, si vous le pouvez, appâtez-le hors de sa cachette avec un bonbon ou une friandise il en est très friand, puis préparez le filet, ne ratez pas votre coup vous n’en aurez pas un deuxième. Non nous n’avons pour notre part jamais réussit à le capturer et alors ? Ça n’empêche pas de persévérer, et puis je suis sûr que sa fée doit l’avertir à chaque fois. Un autre moyen ? Euh… Eh bien il parait qu’il est très joueur également, mais pour jouer avec lui il faut avoir des nerfs d’acier, il parait qu’il fait des choses absolument insensées simplement pour s’amuser. Vous connaissez les skultulas ? Vous savez ce que ça peut faire à un homme ? Eh bien il parait que lui, il leur fait peur, c’est dire. J’ignore s’il est connu chez les gorons ou les zoras, mais ça ne m’étonnerait pas qu’ils le désignent sous le nom de grand avatar du chaos, le genre à provoquer l’éruption du mont du péril ou l’assèchement du lac Hylia simplement en s’en approchant vous voyez le genre ? Comment ça j’exagère ?! On voit que vous ne le connaissez pas, à croire que dans ce domaine il n’a pas son pareil et on dirait que pour lui c’est spontané et… Mais… Vous sentez ça ? Ca sent… Le feu ! Au feu ! Au feu ! Vite de l’eau ! Y a le feu à la réserve de feux d’artifice du vieux John !
Psychologie
Histoire

Notre histoire commence comme beaucoup d’autre par un il était une fois. Dans un petit village reculé, isolé du reste du monde car niché au cœur d’une forêt d’où les gens ordinaires ne revenaient pas. Comme toute histoire elle a son héros, ou tout du moins son protagoniste, un enfant en l’occurrence, ou plutôt un éternel enfant, un kokiri, un kokiri qui aurait pu être comme ses semblables si sa naissance le lui avait permis. Cependant le destin semblait en avoir décidé autrement et à peine devait-il entrer dans le monde qu’il dut le faire de manière étrange et extraordinaire car effectivement le bulbe le contenant s’ouvrit de nuit. Si pour un hylien ou pour toute autre races, une naissance nocturne s’avérerait être tout au plus anodine, pour un kokiri née de la forêt, ouvrir les yeux sous la clarté de la lune et des étoiles était exceptionnel, voir unique. Ce furent le vénérable arbre mojo et la fée Lyly qui les premiers découvrirent le jeune kokiri contemplant la voûte céleste les yeux plein de larmes. Un nouveau-né pleurant sur la beauté de la nuit. Plus que ses yeux couleurs de sang, ce fut son apparente normalité qui procurèrent un sentiment de malaise à ses deux premiers compagnons. Si Lyly se voulait rassurante, le vénérable arbre mojo lui craignait pour le futur de son jeune fils, disant que cette naissance ne devait rien au hasard. Finalement et pour son bien, ce fut au sein de ses frères et sœur comme un kokiri parfaitement normal qu’il fut élevé et qu’il grandit avec Lyly à ses côtés sous le regard vigilant du maître de la forêt.

Les années passèrent comme un souffle de vent, combien d’années ainsi passé à jouer, à dormir, à s’amuser tout simplement comme n’importe quel kokiri ? Personne ne le savais, sauf peut être Lyly et le vénérable arbre mojo, car les kokiris ne comptaient pas les jours, ou les heures, pour eux chaque jour était dimanche ou lundi, chaque instant était propice au jeu et à l’amusement, et ce n’est que lorsqu’il faisait trop sombre qu’ils allaient se reposer pour la plupart. Seulement pour la plupart car même lorsque ses frères et sœur dormaient, le jeune kokiri aux yeux rouges prénommé Nights admirait toute la gloire du ciel.

Ainsi les années passèrent, sans pour autant que Nights ne change le moins du monde, il conservait l’apparence d’un enfant âgé tout au plus d’une dizaine d’années alors qu’autour de lui le monde se transformait. Les bois perdu devenaient plus sombres, le vénérable arbre mojo semblait de plus en plus préoccupé et un petit kokiri sans fée était apparu dans le village. Nights avait bien essayé de l’inviter à jouer avec lui, mais ce garçon ne semblait pas vouloir parler. Il n’était pas méchant, mais seulement différent, très différent, ce qui fascinait Nights au plus haut point.

« Il est bizarre ce Link tu trouves pas Lyly ?

Il n’a pas de fée, ça doit être dur pour lui. »


Nights voulait l’aider, mais ne savais pas comment faire, il voulait juste le voir rire et sourire comme les autres, pourtant s’il ne parvenait pas à parler, à sourire ; comment pourrait-il s’amuser ?

Ce fut à ce moment que le jeune kokiri commença à avoir un comportement étrange, inhabituel pour les siens. Il s’amusait encore avec les autres, mais avec une nouvelle dimension taquine voir sadique, provoquant le malheur de quelque uns pour le bonheur des autres. Au fond de lui Nights se disait que peut etre ainsi il réussirait à le voir sourire malgré sa différence, et il y parvenait parfois. Son plus grand succès fut certainement aussi celui qui fut le plus discret, alors que chaque nuit il venait poser dans le jardin du voisin de Link des pierres de plus en plus grosses simplement pour voir Link rire le lendemain en découvrant son voisin essayer sans succès de les déplacer.

Pourtant même ceci devait avoir une fin, telle une blague mainte et mainte fois racontée, elle perdait chaque jour un peu plus de son efficacité, jusqu’au jour où Link ne rigola plus et aida simplement son voisin à débarrasser son jardin. Qu’importait en vérité à Nights, il réessaierait encore à la nuit tombée cette fois avec des pierres couvertes de mousses glissantes. Peut etre qu’une d’entre elle tomberait sur le pied du voisin et que cela arracherait un rire au garçon sans fée.

Cependant à force de déplacer tous les cailloux et rocher du village, Nights commençait à etre à court de matériaux, aussi avait-il commencé à aller dans les bois perdu, un lieu dans lequel bien peu des siens osaient s’aventurer car l’on disait qu’il s’y trouvait des pestes mojos et d’autres créatures fort peu accommodantes. Cependant que ce soit à cause de son insouciance ou grâce à un courage frôlant la folie, Nights s’aventurait toujours plus loin dans cette forêt magnifique, y cherchant les écureuils dans les arbres, les noix mojos dans les fourrés, les lapins près des cours d’eau. Ainsi sans qu’il s’en rende compte, il passa de plus en plus de temps dans les bois perdus, écoutant parfois avec ravissement la douce musique que jouait Saria de son ocarina. Ah comme Nights aurait aimé en avoir un à lui. Hélas seule Saria savait les fabriquer et Nights n’avait jamais osé lui en demander un. Aussi devait-il se contenter de tendre une oreille charmée par les notes s’enchainant les unes aux autres, résonnant en mille écho au travers des arbres, des buissons et des feuilles.

Bien sur ses amis s’inquiétaient de le voir ainsi partir au petit matin dans les bois pour n’en revenir que le soir et laissant dans son sillage de la boue, des brindilles, des lucioles, des grenouilles et tout un tas de trésor d’enfant. Mais toujours le sourire éclatant du jeune kokiri faisait disparaitre leurs angoisses. Comme il semblait heureux en ces instants où il voyait les regards émerveillés de ses amis lorsqu’il leur montrait un jeune écureuil ou une dizaine de noix mojos fraichement cueillit. Qu’il pouvait aimer leur raconter ses aventures dans la forêt, les enjolivant au passage en s’inventant de folle péripéties contre les pestes mojos et les monstres de la forêt. Bien sur aucune de ses histoires n’étaient totalement vraies, et il n’avait jamais croisé de monstre dans les bois, mais pour les yeux plein d’étoiles de son auditoire, Nights pensait que quelques exagérations en valaient bien la peine.

Cependant malgré les rires et les commentaires enflammés des autres kokiris, Link lui ne parlait toujours pas. Nights savait qu’il écoutait avec soin ses histoires, mais le jeune garçon sans fée ne parvenait toujours pas à s’exprimer au grand désespoir du kokiri aux yeux rouges.

« Que dois-je faire pour l’aider Lyly ? Il semble si seul, si malheureux.

Fait de ton mieux, je crois que personne ne pourra te demander plus. »


Lyly avait raison, et comme Link grandissait sans obtenir de fée, Nights devait combler ce vide par autre chose. Seulement il ne savait pas encore par quoi. Il partait dans les bois toujours plus loin à la recherche d’un compagnon pour le garçon sans fée, un compagnon qui lui ferait oublier son manque et qui le comblerait de joie. Il n’écouta pas Lyly lorsqu’elle l’avertit de la course du soleil, celui-ci menaçant déjà de disparaitre à l’horizon. Pas plus qu’il n’écoutait les avertissements que proférait le vénérable arbre mojo à tous ses enfants en parlant des bois perdu. Il ne comprenait pas ce que l’on pouvait reprocher à cet endroit enchanteur. Et cela lui fit s’aventurer trop loin, beaucoup trop loin de chez lui. La nuit survint sans un bruit et alors les bois se transformèrent sous ses yeux. D’étranges créatures émergèrent des ombres sans toutefois le voir, lui caché dans les arbres et doué d’une nyctalopie avancée.

« Qu’est-ce que c’est ?

On dirait des loups, mais… Ils ont l’air… Différent. »


Enfin quoi qu’ils fussent, ni Nights ni Lyly n’eurent envie de s’en approcher, l’un comme l’autre ne voulait plus qu’une chose, rentrer chez eux. Mais la nuit changeait bien des choses, même avec la nyctalopie pour alliée. Ainsi le duo alla à la cime des plus grands arbres, vers les sommets dominant l’étendue de feuilles paraissant grises et sombres sous la pleine lune. De là-haut le monde reprendrait sa forme, Nights reprendrait ses repères, où tout du moins l’aurait-il fait s’il avait reconnu quelque chose de l’endroit où il se trouvait. Il s’était tellement enfoncé dans la forêt et cela sans baliser son chemin qu’à présent il ne reconnaissait plus rien. Perdu et fatigué au somment de son arbre, le jeune kokiri ne voyait pour toute solution que de se rapprocher de ces étranges construction se trouvant au loin dans l’espoir d’y trouver un abri pour la nuit, de quoi se protéger de la pluie et du vent, bref un endroit au chaud et au sec.

Se faufilant sous le couvert de la canopée, Nights et Lyly parvinrent alors devant une enceinte que fermait une grille de métal. Les arbres s’achevaient à cet endroit interdisant ainsi la progression aérienne. Timidement, prudemment, Nights descendit de son promontoire végétal, mais à peine fut-il posé au sol que des buissons entourant la grille jaillit alors une de ces étranges créatures ressemblant à un énorme loup gris.

« Kyaaaaaaah tu m’as fait peur. »

La créature ne s’embarrassa pas de préliminaire et se jeta griffes et croc sur le jeune kokiri qui crus alors à un jeu.

« Tu m’attraperas pas ! Tu m’attraperas pas ! »

Nights fit alors un bond sur le côté et se réceptionna par une culbute dans l’herbe alors que le loup massif entraîné par son élan s’écrasait contre le tronc de l’arbre.

« Chuuuuut. Tu fais trop de bruit, tu vas réveiller toute la forêt si tu continus. »

La créature semblait désorientée, visiblement assommée par l’impact de son crane contre le bois qui s’était avéré le plus dur des deux. Nights ne comprenait pas ce qui était en jeu, aussi comme pour narguer un peu plus son compagnon de jeu, il sortit de sa poche une noix mojo avant de la lancer sur l’animal.

« Allez secoue-toi un peu enfin, je suis là.

Nights je suis pas sûre que ça soit une bonne idée. »


Effectivement le loup ne sembla pas apprécier l’initiative du jeune kokiri et reporta un regard furieux sur celui ayant osé lui lancer une noix en pleine truffe. Cette fois patient et confiant, l’énorme loup reniflait, savourant son festin à l’avance, ses yeux brillant tels deux joyaux, il n’avait devant lui qu’un enfant, un enfant désarmé, une proie facile quoi que plutôt agile, il lui fallait s’approcher doucement, lui couper toute retraite et enfin lui bondir à la gorge. Cependant l’enfant s’amusait à courir dans tous les sens, interdisant au loup de prendre son temps, il devait suivre sa proie sinon d’autre risquait de la lui voler sous le nez. Pourtant au détour d’un sentier de fortune, l’enfant avait disparu, semblant s’etre volatilisé. Il n’était pourtant pas loin, vraiment pas loin, mais le loup n’eut pas l’idée de regarder au-dessus de lui avant que Nights ne signale sa présence.

« Je suis làààààà. »

Et alors un poids écrasant tomba net sur le dos du loup, un coup à lui couper le souffle alors que les rires de l’enfant se faisaient entendre.

« Allez ! Avance ! Allez ! »

De son passage dans l’arbre, Nights avait récupéré une solide branche avec laquelle il cravachait sa nouvelle monture improvisée. Mais celle-ci semblait moyennement apprécier l’usage du bâton, encore plus s’il n’y avait pas de carotte au bout. Le loup se débattait, bondissait cherchant à éjecter son repas hors de son dos là où il ne pouvait l’atteindre.

« Ouiiiiiiiiiiiii ! »

Ainsi se poursuivit cet improbable rodéo entre un kokiri et un loup des bois que peinait à suivre la fée Lyly. Se forant un passage au travers du décor, l’énorme loup heurtait au passage nombre de créatures sans s’en soucier, uniquement préoccupée par son repas. Night crus ainsi voir s’envoler sur son chemin des oiseaux, des rongeurs, des pestes mojos et même un gros hibou doté d’une tête réversible qui hulula au passage, visiblement surpris de s’etre prit un loup et un kokiri dans son sommeil.

« Pardon, pardon, excusez-nous, pardon, on ne fait que passer, pardon… »

Combien de temps dura l’échange de force entre l’enfant des bois et le loup affamé ? Une heure ? Deux heures ? Peut etre plus. La bête ne s’arrêta finalement que lorsqu’épuisée, elle s’effondra au pied d’un arbre, s’accordant enfin un peu de répit.

« Oh hé ben alors ? Ca va pas ? Tu es malade ? Tu es blessé ? »

Le loup était simplement épuisé, et il avait faim, son ventre grondait et cela provoqua le rire de Nights.

« Attends, j’ai ce qu’il te faut. »

Le jeune kokiri fouilla quelque instant dans son petit sac à dos avant de présenter une belle pomme devant le museau du loup.

« Tiens c’est pour toi. »

Le loup aurait souhaité autre chose, mais il avait tellement faim qu’il s’en contenta. Epuisé et toujours affamé, le loup s’endormit rapidement devant ce qui avait été dans la même soirée son diner, son monteur, et son bienfaiteur.

« Hé ! Tu dors déjà ? Si tu dors ça va me donner envie de dormir moi aussi. Whouaaaaaah. »

Nights était fatigué, toutes ces émotions l’avait épuisé et devant son nouvel ami dormant à point fermé il ressenti cette fatigue avec clairvoyance.

Se couchant alors auprès du loup épuisé, Nights se lova tout contre la fourrure chaude et drue avant de s’endormir.

La nuit fila sans encombre, Lyly veillant sur l’enfant alors que sans le vouloir l’énorme loup dissuadait de sa seule présence les plus petits prédateurs de s’approcher.

Au petit matin ce fut l’enfant des bois qui se réveilla le premier, pétillant et plein d’énergie au grand dam du loup grognant devant tant de bruit alors qu’il ne souhaitait que dormir d’avantage.

« Allez mon grand, faut se secouer, regard le soleil est déjà haut dans le ciel. »

Pour toute réponse Nights n’eut droit qu’à des grognements supplémentaires alors que la patte du loup venait se poser devant ses yeux.

« Bon, alors je te laisse là nah. Tu viens Lyly ? »

Ayant succombée au sommeil au point du jour, la fée dut cependant se plier à la volonté du jeune kokiri grimpant déjà à l’arbre le plus proche, cherchant à en atteindre le sommet et tenter à nouveau de retrouver son chemin jusqu’au village.

Encore une fois le jeune kokiri ne reconnut rien, cependant ce qu’il découvrit lui fit ouvrir grand les yeux. Devant lui se dévoilait un horizon qui devait rester à jamais comme l’une de ses plus grandes découvertes, car à quelques centaines de mètres de sa position, la forêt se terminait pour laisser apparaitre au loin une forme inconnue et massive, comme un gros, très très gros caillou posé sur le sol et beaucoup plus proche de lui de nombreuses volutes de fumées noires semblant provenir de l’orée de la forêt.

« Qu’est-ce que c’est ? »

Sa voix trahissait son excitation et sa curiosité, les yeux pétillants d’émotions, il découvrait pour la première fois ce que les hyliens nommaient le mont du péril. Chose que Lyly lui aurait appris si elle n’avait pas été trop fatiguée pour lui répondre. Volant selon une course faite de haut et de bas, la fée épuisée ouvrit l’une des poches du sac à dos de Nights avant de s’y introduire.

« Hey ! »

Nights attendait de son ami les réponses qu’il lui avait demandées, mais devant le visage épuisé de sa fée, il n’eut pas le cœur à la réveiller. Il replaça son sac sur ses épaules avant de se diriger vers l’orée de la forêt, vers la fin du monde qu’il connaissait. Evoluant agilement de branches en branches, d’arbres en arbres, la végétation se raréfiait au fur et à mesure que les mètres le séparant de son objectif disparaissaient les uns après les autres. Déjà les odeurs de la forêt laisser la place à des senteurs nouvelles et inconnues, et alors que le jeune kokiri s’approchait de la source de toute cette fumée, une étrange odeur se mêla à celui de la cendre, une odeur puissante et suave, douce et agréable quoi qu’étrangement dérangeante.

« C’est quoi cette odeur ? »

Descendant des arbres, un étrange et surprenant spectacle s’offrit alors au jeune kokiri. A l’orée de la forêt se trouvait des dizaines de géants assoupis dans les buissons, le dos parsemé de bâtons ou de rayure rouge. Curieux, Nights s’approcha du plus proche d’entre eux et il dut reconnaitre que jamais encore il n’avait vu pareille créature. Il ou elle, quoi qu’il fut, était beaucoup plus grand que lui, sans doute une fois debout devait-il bien etre au moins deux fois plus grand que lui, mais pour le moment, tous autant qu’ils étaient semblaient dormir paisiblement d’un sommeil de plomb, sans émettre le moindre son ni même respirer. La simple découverte de ses géants endormis sentant si bon était déjà une grande découverte, mais les surprises du jeune kokiris ne s’arrêtèrent pas là.

Alors qu’il émergeait de la forêt, comme attiré irrésistiblement par la lumière éclatante qui se dégageait de derrière les derniers arbres, il découvrit alors les hautes flammes jaunes responsables de toute cette fumée irritante ainsi qu’un autre groupe de géants allongés à même le sol autour d’étranges constructions en flamme.

*Sans doute dorment-ils près du feu pour se réchauffer.*

Qu’ils étaient étranges aux yeux de Nights ces géants. Certain dormaient la tête ou le bras à coté de leur corps tandis que d’autre dormaient le corps partiellement dans les flammes.

Ne sachant pas où il devait fixer son regard face à tant de chose insolites, Nights découvrait émerveillé tout un assortiment d’objets bizarres et inconnus. De toute taille, de toute forme, il y avait là entre autres des épées, des boucliers, tous beaucoup trop lourd et imposant pour la carrure d’un kokiri. Se promenant l’esprit allègre comme dans un lieu merveilleux, il ne remarqua pas la tête à ses pieds avant qu’il ne soit trop tard.

« Oups. Je suis désolé. Je ne vous avez pas vu. »

Courant après la tête qui roulait le long du chemin couverte d’herbes calcinées, celle-ci termina finalement son voyage dans un trou de lapin duquel Nights l’extirpa alors que son locataire à grande oreilles jaillissait, sans doute effrayé par la sale tête qui avait fait irruption dans sa vie.

« Oh pardon gentil lapin, ne part pas il dort ! Reviens ! »

Mais le lapin ne revint pas, et dépité Nights remonta la pente son chargement sous le bras pour tenter d’en retrouver le propriétaire.

« Euh c’est lequel votre corps monsieur ? »

La tête ne répondit pas, faisant même une grimace au jeune kokiri qui lui tira lui aussi la langue.

« Puisque c’est comme ça, vous vous débrouillerez tout seul. »

Nights posa alors la tête barbue près du corps d’un géant avec une poitrine étonnamment rebondie et retourna à ses emplettes. Il y avait beaucoup de chose auquel le jeune kokiri ne comprenait rien, mais fusse par hasard ou par un coup du sort, Nights découvrit sous un amas de planches de bois une petite caisse frappée d’un dessin qui retint immédiatement l’œil de l’enfant des bois.

Se mettant à genoux devant sa nouvelle trouvaille, tout émoustillé, Nights ouvrit alors son coffre au trésor et y découvrit un tas de petite boules noires soigneusement emballées dans de la paille. En prenant une dans ses mains, le contact avec celle-ci fut comme une révélation. Doux, rond et moelleux, l’orbe noir fascina le jeune kokiri qui le déposa au sol avant de commencer à charger son sac des boules restantes. La boule posée en équilibre précaire, la pente, la gravité, un maladroit coup de coude, et le destin se mit en marche. La boule s’en alla rouler en contrebas, rejoignant ainsi l’unique témoin de l’arrivée de Nights hors de la forêt.

Ayant abandonné son sac à dos, Nights tenta bien sûr de rattraper son précieux butin qui étrangement s’était mis à clignoter, passant du noir au rouge et encore au noir et ce dans un intervalle toujours plus court. Mais heureusement pour cette histoire, ce fut le lapin qui le premier rencontra ce qui deviendrait dès lors l’objet de toute les convoitises du jeune kokiri.

Arrivée à son terme, la boule explosa violemment au nez du lapin qui se fut alors répandu dans toute la zone tandis que le souffle de l’explosion emportait Nights dans les airs avant qu’il ne retombe lourdement au sol.

Ce fut durant ces quelques secondes, où son corps cessa de toucher terre pour voler un bref instant dans cette vague de lumière et de chaleur que le jeune kokiri eut la révélation.

Se relevant un peu sonné et les vêtements couvert de poussières, Nights venait de découvrir là la plus belle chose qu’il lui fut donné de voir de son existence, ces petites boules noires et par la même occasion le monde au-delà de la forêt. Sans qu’il le sache, il venait de franchir un cap décisif dans son existence et il lui restait encore tant de chose à découvrir, tout un nouveau monde s’offrait devant lui, un monde dans lequel il ne demandait qu’à courir sans se retourner.


« Ouwaaaaaaaaah… J’ai bien dormi. Allez, debout maintenant. »

Bondissant hors de ma branche pour atterrir sur le balcon de ma cabane perchée dans les arbres, je sentais encore sur mes vêtements la chaleur du soleil me procurant comme un baume reposant. Il faut dire que parcourir deux fois en une matinée le chemin séparant le village du ranch là-là ou un nom dans ce genre était plutôt fatiguant, surtout que pour le retour j’avais déniché un chargement plus qu’encombrant et qu’en plus le gros monsieur moustachu me poursuivait tout en me promettant qu’il m’apprendrait à vivre si jamais il m’attrapait. Peut etre voulait-il jouer à chat après tout, toujours est-il que je courrais bien plus vite que lui et sa grosse bedaine.

« Je comprends pas… Ses grosses bêtes lui en donne plein, alors pourquoi je pourrais pas en prendre un peu ? »

Débouchant alors une des précieuses bouteilles contenant le lait tant convoité, j’engloutissais goulument d’une traite son contenu pour immédiatement après me sentir beaucoup mieux.

« Haaaaaaah ça va mieux. »

J’étais presque fin prêt pour repartir hors des frontières du village. Il me fallait encore m’éclipser sans que personne ne le remarque et surtout pas Saria.

*Elle irait tout dire au vénérable arbre mojo.*

Personne au village ne devait apprendre pour mes escapades hors de la forêt, car c’était pour tous interdit formellement, on disait que pour un kokiri sortir de la forêt équivalait à la mort. Mais ce n’était pas vrai, pas plus que les histoires contant des monstres fait de roche ou d’autre recouvert d’écailles comme des poissons.

*Bwwweuuh j’aime pas le poisson, j’aime pas le gout, c’est plein d’arrêtes et ça sent mauvais.*

« Allez ne traîne pas, sinon on va devoir attendre la nuit pour partir. »

Lyly virevoltait au-dessus de moi, m’éclairant doucement de sa lumière pale et bleue, elle aussi souhaitez rapidement retourner dehors.

« J’arrive, j’arrive. »

Récupérant au passage mon sac à dos, le poids m’indiquait qu’hélas je ne disposais plus de ces merveilleuse grosses boules noires explosives. Il me fallait en trouver de toute urgence.

*Qui sait peut être que la chance sera avec moi comme ce jour là.*

Descendant alors l’échelle me conduisant au sol, je confirmais d’un rapide coup d’œil que personne n’avait le regard tourné vers moi, trop occupé à leurs jeux ou leurs occupations, avant de discrètement m’éclipser hors du village.

« Et si on tombait encore sur ces tas d’os ? »

Lyly semblait avoir gardé un mauvais souvenir de ma précédente escapade nocturne au cours de laquelle avait jaillis hors du sol de la plaine conduisant au ranch lo-lo tout un tas d’os se mouvant sans trop que je comprenne comment.

« Je dois avoir encore un ou deux bâtons mojo dans mon sac, sinon au pire il me restera la fuite. »

Je n’avais aucune raison de les craindre, ils étaient lent et moches, et n’avaient vraiment pas l’air malin.

« Ne t’en fait pas pour ça. J’espère juste que je vais vitre retrouver de ces boules explosives. »

Détails
© Design by Dormin & Mélody Dalwish avec  
CRÉDIT - FICHE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hylien
avatar
Hylien
profil +

MessageSujet: Re: Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)   Dim 27 Jan - 20:58

Bienvenu parmi nous, en espérant que tu te plaises ici o/

Huhu~ En voilà une mignonne frimousse, on dirait mon miniature !
L'analyse de ta fiche arrive bientôt ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Élu des Déesses
avatar
Élu des Déesses
profil +

MessageSujet: Re: Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)   Dim 27 Jan - 23:43

Comment ça grand et moche ?!

Si jamais je t'attrape toi je te transforme en une œuvre d'art abstraite !

Sinon, bienvenue sur le forum et bonne chance pour ta validation ^^

Au plaisir de te marcher dessus de te croiser INRP :twisted:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
profil +

MessageSujet: Re: Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)   Dim 27 Jan - 23:52

HIHIHI ! Il est tout rouge le monsieur vert ! (mais il est toujours moche)

Attention où vous mettez les pieds, je crois que j'ai un trou dans le sac (ça serait dommage que vous marchiez sur une de mes boules explosives, ce serait les gâcher 👅 )

Merci à vous deux pour votre accueil, content (très content) d’être parmi vous, j'attends avec impatience vos commentaires ^^.


Nights & Lyly
« Paroles » *Pensées*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
profil +

MessageSujet: Re: Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nights, enfant des bois, des étoiles et de la lune (TERMINE)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Critères d'attribution d'étoiles
» Chasse aux oeufs ( Place Longueuil ) au profit d'Opération Enfant Soleil
» Applewood, la pomme... et le bois.
» Smiler. || Si je bois du Fanta, je suis fantastique ? 8D
» Une grand mère veut avoir un enfant avec son petit-fils

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Zelda - Arc Of ::  :: 
Création de Personnage
 :: Fiches abandonnées
-